facebook_pixel

Vlisco a la grande fierté d’annoncer les gagnants du Vlisco Fashion Fund 2018 :

 

Jeremiah Mensah du Ghana, Adriana Talansi du Congo, Omotayo Paramole du Nigeria, Anoumou Djiedjole Placca du Togo, Lionel Guezodje du Bénin, Anne-Beatrice Awoundjia Bodo du Cameroun et Guillaine Kouamé du Cote D’Ivoire.

Le Vlisco Fashion Fund est un concours mondial créé pour soutenir les créateurs de monde émergents d’Afrique et leur fournir un tremplin pour lancer leur entreprise. Les 7 gagnants reçoivent chacun un financement d’une valeur équivalente à 5 000 €, ainsi qu’un cours de formation professionnelle de deux semaines aux Pays-Bas.

Plus de 600 candidatures ont été reçues pour le Vlisco Fashion Fund 2018. Ces candidatures ont toutes été examinées au sein d’un processus de sélection minutieux. Les candidats retenus ont ensuite participé à des entretiens organisés dans chaque pays par nos jurys locaux, qui ont chacun choisi 3 finalistes.

Les 21 nominés ont alors reçu des tissus Vlisco et des fonds spéciaux pour créer, en un mois, une collection de 5 tenues accompagnée d’un contenu créatif aussi original que possible. Au cours de la dernière semaine de novembre, le jury mondial a évalué les créations des 21 finalistes et a délibéré pour désigner les 7 grands gagnants du Vlisco Fashion Fund 2018.

Les cérémonies de remise des prix se sont déroulées dans les six pays au cours des trois dernières semaines. Les créations et le contenu des finalistes de chaque pays, tous visiblement nerveux, ont été présentés sur le podium à un public enthousiaste. Et à la fin de chaque cérémonie, le nom du gagnant a enfin été révélé. Pour en savoir plus sur les gagnants, lisez la suite ci-dessous.

Ghana

Jeremiah Mensah (27 ans) a lancé son propre label de mode unisexe, JEREY MENSAH. La jury a eu le souffle coupé en découvrant sa collection inspirée des gladiateurs, travail très détaillé, parfaitement exécuté, et particulièrement original. La collection et le contenu de Jeremiah ouvrent une nouvelle voie créative qui ne manquera pas d’inciter la prochaine génération de designers à expérimenter. Les autres finalistes pour le Ghana étaient Patricia Naa Lamley Annang et Nana Kweku Agyenim-Boateng.

Jeremiah Mensah

Revolutie

Jeremiah Mensah

Revolutie

Cette collection s’inspire des récits épiques et de l’apparence des gladiateurs. Jeremiah Mensah voit dans ces combattants des êtres révolutionnaires et avant-gardistes qui ouvrent la voie aux autres. Dans ses vêtements, il interroge et remet en question les conventions de la mode, défendant une vision plus fluide de concepts et définitions prédéterminés. Les motifs étant rarement utilisés dans la confection pour homme, Jeremiah cherche à révolutionner le style vestimentaire masculin en remettant les imprimés au goût du jour.

Nigeria

Omotayo Paramole (28 ans) est étudiant en arts créatifs (avec majeure en création textile) à l’université de Lagos. Le label de Tayo s’appelle Tesmi. Le jury a été impressionné par l’esprit excentrique des tenues qu’il a présentées. Sa collection et son contenu créatif s’appuyaient sur un récit historique traditionnel, que le jury a trouvé à la fois captivant, enthousiasmant, original et poignant Les autres finalistes pour le Nigeria étaient Karen Ayuba et Precious Odiase

Tayo Paramole

Osun

Osun est la déesse yoruba des rivières, de la fertilité, de l’amour, de la beauté et de l’ordre. Elle est la fontaine de la sagesse sacrée et la reine des sorcières. Si elle peut être bienfaisante et généreuse, elle a un caractère impétueux et cassant. En sa qualité de reine des sorcières, elle est associée à la cérémonie Gelede. Inspirée par la personnalité aux multiples facettes d’Osun, la collection cherche à dépeindre la déesse de manière très créative en présentant ses quatre visages – royauté, gaîté, fureur et passion – dans quatre tenues différentes.

Tayo Paramole

Osun

Osun est la déesse yoruba des rivières, de la fertilité, de l’amour, de la beauté et de l’ordre. Elle est la fontaine de la sagesse sacrée et la reine des sorcières. Si elle peut être bienfaisante et généreuse, elle a un caractère impétueux et cassant. En sa qualité de reine des sorcières, elle est associée à la cérémonie Gelede. Inspirée par la personnalité aux multiples facettes d’Osun, la collection cherche à dépeindre la déesse de manière très créative en présentant ses quatre visages – royauté, gaîté, fureur et passion – dans quatre tenues différentes.

Congo

Adriana Talansi (27 ans) a remporté la victoire pour le Congo. Sa collection s’inspirait de l’Asie et son contenu créatif était ancré dans des atmosphères orientales. Le jury a été séduit par la fusion harmonieuse des deux cultures différentes dans ses vêtements et sa présentation. Adriana dirige son propre label, Talansi, et elle est prête à faire ses marques sur la scène mode professionnelle. Les autres finalistes du Fashion Fund pour le Congo étaient Richie Maya et Job Lukadi.

Adrianna Talansi

Une histoire orientale

Dans sa collection, Adrianna Talansi nous invite à un fascinant voyage en Extrême-Orient. Elle a créé des silhouettes dont les formes transcendent les lignes habituelles du corps. La coupe épurée et nette de ses tenues originales contraste harmonieusement avec les motifs dynamiques des tissus Vlisco. Les coloris des imprimés se fondent dans le cadre choisi pour la séance photo, vous transportant dans un pays lointain.

Adrianna Talansi

Une histoire orientale

Dans sa collection, Adrianna Talansi nous invite à un fascinant voyage en Extrême-Orient. Elle a créé des silhouettes dont les formes transcendent les lignes habituelles du corps. La coupe épurée et nette de ses tenues originales contraste harmonieusement avec les motifs dynamiques des tissus Vlisco. Les coloris des imprimés se fondent dans le cadre choisi pour la séance photo, vous transportant dans un pays lointain.

Benin

Lionel Guezodje (28 ans) est le grand gagnant du Fashion Fund pour le Bénin. Guezodje est titulaire d’un diplôme en haute couture et stylisme de l’ESMOD, en Tunisie. Il a fondé son propre label, « by Francel », en 2017. Le jury a été conquis par la collection de Lionel, baptisée « Le monarque de cire contemporain ». Cette collection ultra féminine était à la fois glamour et inhabituelle. La finition était impeccable et les vêtements pleins de détails surprenants. Le contenu créatif, avec sa toile de fond couleur rouille, mettait parfaitement en valeur les tenues. Les autres finalistes pour le Bénin étaient Petros Tetteh et Paola Sah.

Lionel Guezodje

La souveraine contemporaine du wax

Dans sa collection baptisée La souveraine contemporaine du wax, Lionel Guezodje imagine des silhouettes royales mettant autant en valeur le wax que la femme élégante qui le porte. Ses looks expriment divers attributs des femmes appartenant à la royauté : l’engagement, la séduction, l’esprit d’entreprise et l’élégance.

Lionel Guezodje

La souveraine contemporaine du wax

Dans sa collection baptisée La souveraine contemporaine du wax, Lionel Guezodje imagine des silhouettes royales mettant autant en valeur le wax que la femme élégante qui le porte. Ses looks expriment divers attributs des femmes appartenant à la royauté : l’engagement, la séduction, l’esprit d’entreprise et l’élégance.

Togo

Anoumou Djiedjole Placca (29 ans) a su impressionner le jury en créant une collection originale pour la finale. Anoumou Djiedjole Placca dirige une marque baptisée ARISTIDE CREATION. La collection et le contenu qu’il a créés pour la finale racontent l’histoire d’un roi en quête de la femme idéale. Le jury a été impressionné par les qualités narratives de la présentation, ainsi que par l’exécution du contenu. Les autres finalistes étaient Akouvi Medarde Danyo et Djiedjom Hundeglah.

Anoumou Placca

Importance et grande valeur du Tchigan Vor Vlisco (pagne de grand prix en langue mina) lors des cérémonies de mariage en pays Guin, dans la région des lacs située au sud du Togo.

Anoumou Placca

Importance et grande valeur du Tchigan Vor Vlisco (pagne de grand prix en langue mina) lors des cérémonies de mariage en pays Guin, dans la région des lacs située au sud du Togo.

La collection de Placca raconte l’histoire d’un jeune roi qui cherche une épouse dans les hameaux qui entourent le village de Guin. Il rencontre plusieurs candidates vêtues de tenues qui reflètent leur personnalité par leur style et leurs coloris. Le roi peine à choisir sa future épouse parmi toutes ces femmes à la beauté et aux qualités admirables.

Reste du monde

Dans la catégorie mondiale, les trois finalistes de trois pays différents ont été particulièrement difficiles à départager : les candidates ont toutes présenté des vêtements et un contenu créatif d’une qualité exceptionnelle. Le jury a finalement décerné la victoire à Anne-Beatrice du Cameroun, pour le caractère expérimental de ses vêtements et de son contenu, inspirés de la mode tribale de sa patrie. Les autres finalistes de la catégorie mondiale étaient Abiola Akinsiku et Marthe Sharon Ngwe Nolla

Anne Béatrice Bodo

Vlisco en mode associatif et féminin

Anne Béatrice Bodo

Vlisco en mode associatif et féminin

Cette collection s’articule autour de la rencontre entre les tissus Vlisco et le symbolisme et l’identité des communautés traditionnelles de femmes du Cameroun. Les créations d’Anne-Béatrice marient les cotons aux sobres broderies coraniques de la région soudano-sahélienne à des imprimés Vlisco colorés. La collection et les contenus réinterprètent également les casques et masques à cornes traditionnels du Cameroun et rendent hommage à Nadia Murad, Prix Nobel de la paix 2018. Anne-Béatrice a mis en scène un défilé de mode dans le quartier des Bayam Sellam où vit sa clientèle cible. Admirée et appréciée, cette performance a suscité des participations spontanées, qui témoignent de l’amour pour les traditions locales et leur réinterprétation.

Côte d’Ivoire

Choisie par le jury local, Guillaine Kouame a remporté la victoire pour la Côte d’Ivoire. Les membres du jury ont tous été impressionnés par les mélanges de matériaux éclectiques utilisés dans ses créations. Guillaine a associé les tissus Vlisco à des éléments surprenants tels que des plumes, des découpes en papier et des franges. Les autres finalistes pour la Côte d’Ivoire étaient Amara Abdoulaziz Kone et Wahouie Tea Judicael.

Guillaine Kouame

Le Petit Monde de Guillaine: A mix of art and elegance

Guillaine voulait créer une collection de tenues dignes d’une parade. Dans Le Petit Monde de Guillaine, elle a imaginé d’extraordinaires vêtements élégants qui feront sensation. Sa collection montre que l’art, la mode et l’élégance se marient à merveille. Guillaine a apporté une touche théâtrale à chacune de ses tenues en utilisant des fleurs artificielles, du papier, des plumes et de la dentelle.

Guillaine Kouame

Le Petit Monde de Guillaine: A mix of art and elegance

Guillaine voulait créer une collection de tenues dignes d’une parade. Dans Le Petit Monde de Guillaine, elle a imaginé d’extraordinaires vêtements élégants qui feront sensation. Sa collection montre que l’art, la mode et l’élégance se marient à merveille. Guillaine a apporté une touche théâtrale à chacune de ses tenues en utilisant des fleurs artificielles, du papier, des plumes et de la dentelle.

By continuing to use this site you consent to the use of our cookies on your device as described in our cookie policy unless you have disabled them.  more information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close