facebook_pixel

Nelson Mandela

Le 11 février 1990, Nelson Mandela est libéré de prison. À son arrivée sur Robben Island en mai 1962, un gardien dit à Nelson Mandela : « Voici l’île, c’est ici que tu mourras. » Cette affirmation n’avait rien d’exagéré. Mandela, numéro de matricule 46664, est condamné à une peine d’emprisonnement à perpétuité accompagnée de travaux forcés pour actes de sabotage et sédition. Ancienne colonie de lépreux, Robben Island est tristement célèbre pour ses conditions de détention indignes et sa discipline brutale. La routine quotidienne est simple : chaque jour, Mandela et les autres prisonniers extraient la roche dans une carrière de calcaire, sous un soleil de plomb. Une fine poussière bouche les canaux lacrymaux des prisonniers, les empêchant de pleurer.

Avocat et opposant au régime de l’apartheid, Nelson Mandela est considéré comme un ennemi de l’État. Le gouvernement sud-africain fait tout ce qui est en son pouvoir pour effacer son souvenir, interdisant ses discours et ses photographies. Il n’est malgré cela jamais totalement oublié et, en mars 1980, le journal de Soweto The Post lance une campagne sous le mot d’ordre LIBÉREZ MANDELA ! Cette initiative coïncide avec une résurgence de la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud, Mandela devenant l’un des prisonniers les plus célèbres au monde.

 

« Sa détention sur Robben Island soulève rapidement l’indignation universelle. Mandela se voit remettre des récompenses par des gouvernements étrangers, des universités et des villes. Des rues sont nommées en son honneur, des chansons écrites à son sujet », explique l’historien Martin Meredith. Nelson Mandela reste détenu sur Robben Island jusqu’à être gravement atteint par la tuberculose, juste après son 70e anniversaire en décembre 1988. Il est alors transféré à la prison Victor Verster qu’il quitte le 11 février 1990, enfin libre après 27 ans d’emprisonnement.

La libération de Nelson Mandela déclenche une explosion de joie dans le monde entier et, pour commémorer cet évènement historique, Vlisco compose un imprimé Java à l’effigie du grand homme. Le créateur Vlisco Jan Mollemans avait travaillé sur un cadre pouvant accueillir différents portraits, mais c’est la photographie de Mandela qui figure sur le Java 4990R. Cet imprimé commémoratif se caractérise par des effets de couleurs spéciaux (des dégradés) qui font de lui un Maxi Print. Il est resté commercialisé en Afrique du Sud, au Cameroun, au Togo, au Bénin, en Côte d’Ivoire et au Niger jusqu’en 1998.

 

En Afrique, les tissus commémorant une personne, un évènement politique ou un moment marquant (anniversaire royal, visite d’État ou funérailles, par exemple) sont très fréquents. Leur signification est très accessible, même pour une personne qui ne sait pas lire ou parle une autre langue (un tiers de la population sud-africaine était illettrée en 1990), car les dessins et symboles utilisés expriment clairement le message. La qualité de l’étoffe est, par contre, très variable. Certains tissus peu chers sont distribués à la foule pour obtenir un soutien politique. C’est pour cette raison que la plupart des imprimés commémorant la libération de Nelson Mandela portent les couleurs et symboles de l’ANC (African National Congress). D’autres tissus, tels que le Java 4990R de Vlisco, sont de grande qualité et dénués de toute connotation politique. Ces imprimés commémoratifs ont ceci de particulier qu’il était interdit de représenter Mandela et d’utiliser les couleurs de l’ANC en public avant 1990.

 

Image : Croquis de Jan Mollemans (Source : Fondation Pieter Fentener van Vlissingen, Helmond).

La libération de Nelson Mandela déclenche une explosion de joie dans le monde entier et, pour commémorer cet évènement historique, Vlisco compose un imprimé Java à l’effigie du grand homme. Le créateur Vlisco Jan Mollemans avait travaillé sur un cadre pouvant accueillir différents portraits, mais c’est la photographie de Mandela qui figure sur le Java 4990R. Cet imprimé commémoratif se caractérise par des effets de couleurs spéciaux (des dégradés) qui font de lui un Maxi Print. Il est resté commercialisé en Afrique du Sud, au Cameroun, au Togo, au Bénin, en Côte d’Ivoire et au Niger jusqu’en 1998.

 

En Afrique, les tissus commémorant une personne, un évènement politique ou un moment marquant (anniversaire royal, visite d’État ou funérailles, par exemple) sont très fréquents. Leur signification est très accessible, car les dessins et symboles utilisés expriment clairement le message. La qualité de l’étoffe est, par contre, très variable. Certains tissus peu chers sont distribués à la foule pour obtenir un soutien politique. C’est pour cette raison que la plupart des imprimés commémorant la libération de Nelson Mandela portent les couleurs et symboles de l’ANC (African National Congress). D’autres tissus, tels que le Java 4990R de Vlisco, sont de grande qualité et dénués de toute connotation politique. Ces imprimés commémoratifs ont ceci de particulier qu’il était interdit de représenter Mandela et d’utiliser les couleurs de l’ANC en public avant 1990.

Après sa libération, Mandela devient un personnage encore plus légendaire. Premier président noir d’Afrique du Sud, il abolit l’apartheid, instaure la démocratie et reçoit le prix Nobel de la paix en 1993. Son « long chemin vers la liberté » est devenu celui de l’Afrique. Nelson Mandela est décédé en décembre 2013 à l’âge de 95 ans. Il n’est pas mort sur Robben Island comme le lui avait annoncé le gardien en 1962, mais en homme libre.

Commemorative cloth Nelson Mandela

4990R

By continuing to use this site you consent to the use of our cookies on your device as described in our cookie policy unless you have disabled them.  more information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close