Lancement de la Collection City of Joy en l’honneur des femmes les plus fortes du monde

Les survivantes du conflit en RDC à l’honneur pour la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

 

Lundi 25 novembre 2019

Une nouvelle collection de tissus a été lancée partout dans le monde et présentée dans leur pays d’origine par les femmes pour lesquelles ces tissus ont été fabriqués – les femmes de City of  Joy (littéralement, la Cité de la joie en français),   survivantes du conflit catastrophique en cours en RDC, qui, comme cela a été dit, fait du  pays l’un des pires endroits au monde pour les femmes[1].

 

City of Joy est une communauté de leadership transformationnel pour les femmes, survivantes de viols et de mutilations brutales de la part de soldats et de civils qui utilisent les femmes comme armes de guerre. Située à Bukavu, dans l’est de la République démocratique du Congo, ce « refuge » leur permet de surmonter la douleur et la stigmatisation pour devenir des femmes leaders confiantes, prêtes à retourner dans leurs communautés et à transmettre le message que le pouvoir peut provenir de la douleur.

 

Au cours d’une visite à City of Joy, Gabriela Sanchez y Sanchez de la Barquera, créatrice pour la marque textile spécialisée Vlisco, a été invitée par les femmes présentes à leur créer des imprimés qui honoreraient le travail du Dr Denis Mukwege, chirurgien et lauréat du prix Nobel de la paix, qui, avec  son équipe de médecins, les a physiquement guéries. Impressionnée par la force des femmes rencontrées sur place, Gabriela a créé la Collection City of Joy, qui raconte l’histoire de ces femmes ayant fait le voyage de la souffrance à un lieu d’amour et d’espoir. Les mots «Love» (Amour), «Respect»  et «Force», marqués sur les tissus, reflètent leur guérison et leur renouveau par le biais de la solidarité féminine, de l’amour et du respect mutuel.

 

La collection est composée de cinq tissus super-wax imprimés de motifs vifs et brilliants, d’environ 100 couleurs différentes, créés à l’aide des anciennes techniques d’impression à la cire. Les motifs textiles, qui représentent un voyage de la douleur au pouvoir et du chagrin à la joie, rendent hommage à la forme féminine et à la beauté naturelle de la région du Congo. Tous les bénéfices de la vente de la collection seront reversés par Vlisco à City of Joy.

 

Cinq créatrices africaines ont travaillé avec 15 diplômées de City of Joy pour créer des vêtements valorisants et personnalisés utilisant les nouveaux tissus. Les vêtements ont d’abord été présentés lors d’un évènement local à Bukavu en l’honneur des femmes qui ont transformé leur douleur en pouvoir.

 

La collection sera présentée à un public international par les femmes de City of Joy lors d’un gala à Kinshasa ce soir (25 novembre). La violence sexuelle étant l’un des traits distinctifs de la guerre civile dans l’est du pays, l’évènement vise à placer le problème sous les feux de l’actualité internationale. Actuellement, plus de 150 victimes de violences sexuelles sont admises chaque mois à l’hôpital Panzi de Bukavu et plus de 55 000 femmes et enfants y ont été soignés depuis 1999.

 

City of Joy est une communauté dirigée par un personnel congolais, fondée par Eve Ensler, l’écrivaine de « Les monologues du vagin », Christine Schuler Deschryver et le Dr Denis Mukwege. Elle a ouvert ses portes en 2011 pour offrir aux femmes un lieu où elles puissent guérir de leurs traumatismes passés grâce à un programme de thérapie et de compétences essentielles, tout en leur fournissant le soutien indispensable pour les aider à avancer dans la vie. Depuis son ouverture, 1 294 femmes ont obtenu leur diplôme à City of Joy.

 

Dr Denis Mukwege, lauréat du Prix Nobel de la paix et co-fondateur de City of Joy, a déclaré: «Tant que j’ai la possibilité d’aider, je le ferai. Quand j’ai ouvert mon hôpital, je ne savais pas que je devais consacrer ma vie à la lutte contre la violence sexuelle en tant qu’arme de guerre. C’est un fléau mondial et si ma voix, mon travail et mes actions peuvent changer le destin ou la vie d’une femme quelque part dans le monde, je continuerai à le faire. »

 

Gabriela Sánchez y Sánchez de la Barquera, la créatrice de Vlisco à l’origine de la collection, a déclaré: «La première idée qui me vint à l’esprit lorsque j’ai rencontré les femmes de City of Joy fut: « Y a-t-il quelqu’un qui soit plus fort que vous? » La collection vise à capturer leur voyage du plus sombre des endroits à un lieu d’espoir et d’amour. Il décrit également la grande force qui découle de la solidarité féminine. Les motifs suggèrent la beauté du vagin et le respect qu’il mérite et ils dépeignent les forêts, les rivières et la faune de l’est du Congo – un lieu de peur mais aussi de joie »

 

Christine Schuler Deschryver, Co-fondatrice et Directrice de City of Joy, a ajouté: «Participer à ce processus a été une expérience très positive pour les femmes impliquées. Elles ont été la force motrice du projet et cela se reflète dans la vivacité et les couleurs des tissus et dans l’originalité des motifs. Il est essentiel que les yeux du monde entier soient ouverts sur les atrocités qui se déroulent ici et il est incontestablement inspirant que les femmes qui ont le plus souffert soient celles qui ont le courage de prendre position aujourd’hui. »

 

David Suddens, PDG de Vlisco, a affirmé: «Visiter City of Joy est à la fois une leçon d’humilité et une expérience édifiante. Il est choquant de voir à quel point ces jeunes femmes ont été maltraitées et ravagées. Les statistiques sont horribles – et pourtant nous rencontrons des femmes confiantes et fortes qui ont surmonté leur passé. Les hommes doivent enfin assumer leurs responsabilités. Ils doivent dire à leurs pères, frères, fils, petits-fils et amis que la violence à l’égard des femmes doit cesser. C’est un problème pour les hommes qui doit être attaqué dès maintenant ».

 

Eve Ensler, Co-fondatrice de City of Joy, a ajouté: «Nous sommes ravis de cet incroyable projet de Vlisco en collaboration avec les femmes extraordinaires de City of Joy. C’est un projet sur la guérison, la couleur, la force de vie et une célébration du corps féminin. Il met en lumière la profonde beauté des femmes congolaises qui incarnent l’énergie croissante du nouveau monde. Nous remercions Vlisco pour leurs tissus et leur style époustouflants, mais surtout pour avoir associé leur créativité à la lutte pour libérer les femmes du Congo de la violence, afin qu’elles puissent briller de toute leur beauté et de leur pouvoir. »

 

 

A PROPOS DES CINQ TISSUS

 

Les cinq tissus représentent chacun une histoire différente inspirée par City of Joy :

 

Sisterhood(solidarité feminine): Le nouage des ficelles représente le bouleversement intérieur. Mais les grains, cachées en profondeur dans les fils torsadés, se transforment en fleurs. Et les fleurs entrelacées montrent le lien entre les femmes de City of Joy.

 

The Orchid(l’orchidée): C’est un veritable ode au vagin et à la manière dont il devrait être aimé et chéri pour sa beauté fragile.

 

Bouquet: Le vagin, source de toute vie, s’oppose à la noirceur de l’univers. Chaque fleur est différente, comme chaque femme. Le vagin repose sur des vagues tumultueuses qui représentent l’imprévisibilité de la mer et de la vie.

 

The Congo River(le fleuve Congo): Le fleuve représente un lieu sombre et douloureux, mais de petites graines poussent vers le haut et deviennent des fleurs fortes, symboliques des femmes qui sont autonomes mais tout en restant  une famille.

 

The Lion(le lion): Le lion assis sur son perchoir, digne et un peu triste, représente Dr Denis Mukwege. Les poissons le suivent, les papillons présagent le retour de la beauté dans la sombre forêt et les oiseaux annoncent la fin du conflit.

 

Les Collection City of Joy tissus peuvent être achetés ici www.vlisco.comainsi que par l’intermédiaire de distributeurs clés en RDC, en Europe et au Bénin / Togo.

 

 

ENDS

 

A PROPOS DE CITY OF JOY

 

Depuis l’ouverture de ses portes en 2011, 1 294 femmes ont obtenu leur diplôme, ont été soignées d’elles-mêmes, nourries, ont acquis de nouvelles compétences, se sont autonomisées et ont rejoint un réseau d’amour et de révolution. Ces femmes se sont libérées de traumatismes massifs et de souvenirs horribles. Elles ont dansé, chanté, appris leurs droits, joué des pièces de théâtre, développé des compétences agricoles et fini par aimer leurs corps. Elles sont devenues des leaders dans leurs communautés. Elles ne sont plus stigmatisées pour avoir été violées.

 

Ces femmes sont des forces d’énergie et de détermination, des cheffes de petites entreprises, des initiatrices de collectifs, des restauratrices , des agricultrices possédant de nouvelles terres, des éducatrices et des militantes contre la violence sexuelle, des bénévoles dans un réseau de recrutement de nouvelles femmes, créé par elles-mêmes, des journalistes, des employées de l’immigration, des tailleurs, des étudiantes, des herboristes.

 

City of Joy sert 90 victimes de violence sexiste âgées de 18 à 30 ans à la fois.

 

 

A PROPOS DU CONFLIT EN RDC

Bien que une cause sous-jacente de cette guerre régionale soit son histoire de colonialisme brutal, la genèse du conflit actuel en RDC est le génocide rwandais de 1994, dans lequel 800 000 Tutsis rwandais et Hutus modérés ont été tués par le régime Hutu. Quand un gouvernement tutsi prit le pouvoir au Rwanda, le génocide a touché les frontières rwandaises lorsque les «génocidaires» hutu se sont enfuis en RDC. Depuis ce temps, une guerre régionale « par procuration » – la plus importante depuis la Seconde Guerre mondiale et impliquant des troupes angolaises, zimbabwéennes, ougandaises, namibiennes, burundaises et rwandaises – se déroule sur le sol congolais.

 

Le conflit entre les milices en guerre sur les terres riches en mineraux de la région, le pouvoir politique / ethnique et les vastes ressources naturelles ont coûté la vie à 6 millions de personnes en RDC du fait des conflits armés, de la faim et des maladies.

 

https://cityofjoycongo.org/how-you-can-help/

 

 

A PROPOSE DES CREATEURS

 

Tolu Coker
Tolu Cokerest une créatrice de mode et textile et une illustratrice britannique et nigérienne basée à Londres. Son travail a été reconnu à l’échelle internationale par des publications et des plateformes telles que Vogue, Love Magazine, Dazed, Hunger, Another, WWD, NME, les équipes de LVMH et même la Tate.

 

Sa clientèle internationale comprend des noms tels que Rihanna, Stefflon Don, Tiwa Savage et Mr Eazi. Son travail dépasse l’univers des vêtements, avec ses illustrations, ses documentaires et ses films de mode étant commandés par des marques telles que Vogue Italia, Diesel, Swatch, Illy Caffè, Vice Media, American Express et Dr Martens.

 

Aisha Ayensu
Aisha Ayensu est Fondatrice et Directrice de création de la marque de mode Christie Brown, connue et primée pour être un acteur clé de l’essor de la mode africaine contemporaine depuis sa création il y a 11 ans. La marque Christie Brown a été couverte par de nombreux reportages de mode sur la scène internationale et les principaux médias, tels que Vogue, Marie Claire, le Harper’s Bazaar UK, le Financial Times, la CNN et la BBC. Avec Christie Brown, Aisha est déterminée à faire progresser une industrie de la mode dynamique sur le continent africain.

 

Oritsegbubemi Ogisi
Bubu Ogisi est une artiste multidisciplinaire et directrice de création spécialisée principalement dans les installations spatiales abstraites, les vêtements et le design textile. Bubu Ogisi est la Directrice créative de la marque de vêtements pour femmes IAMISIGO et l’un des quatre membres du collectif d’art hFACTOR. La marque IAMISIGO a été portée par le top model Naomi Campbell et une liste d’autres célébrités et a été citée dans plusieurs publications dont Elle SA et Vogue UK. Bubu Ogisi crée des œuvres d’art vestimentaires avec des matériaux non conventionnels et des textiles traditionnels de tout le continent africain. Elle transmet des histoires perdues du patrimoine comme une forme de protestation silencieuse au post néo-colonialisme à travers des images et des courts métrages. Elle est également spécialisée dans les installations spatiales abstraites et la conception d’espaces. Née à Lagos, au Nigeria, elle réside désormais entre Lagos et Nairobi.

 

Rebecca Zoro
Rebecca Zoro est née et a grandi en Côte d’Ivoire. Lorsque Rebecca décide de se lancer dans l’aventure de la création, il est important pour elle de trouver le bon nom pour sa marque, un nom contenant toutes les émotions qu’elle voulait exprimer. Lorsqu’elle était enfant, son père l’appelait YHEBE, ce qui se traduit par l’amour et la sensibilité. Cela se traduit par des lignes épurées et des silhouettes simples, modernes et élégantes, qui sont la signature de la marque YHEBE. Depuis le début il y a trois ans, le travail créatif de Rebecca a propulsé la marque de prêt-à-porter aux yeux du public.

 

Abiola Adeniran-Olusola
Née et élevée au Nigéria, Abiola a lancé sa marque de mode éponyme en 2017 après ses études à Paris. Les collections d’Abiola sont fabriquées avec des tissus obtenus et imprimés localement et sont inspirées par les femmes africaines modernes constamment en mouvement. Ses créations sont conçues pour être fonctionnelles, surélevées et axées sur le savoir-faire. Elle a travaillé pour des marques importantes telles que Givenchy et Lanvin. En 2018, elle a été désignée comme l’une des cinq créatrices à regarder, écrivant qu’elle « n’a pas seulement le talent mais le cran de s’attaquer aux grands noms de la mode nigériane”.

 

 

 

A PROPOS DE VLISCO

 

Vlisco est un imprimeur néerlandais de tissus wax. L’entreprise, qui existe depuis 174 ans, a commencé avec la vente de tissus en Afrique de l’Ouest à la fin du 19ème siècle. Le tissu wax imprimé, destiné à l’origine au marché indonésien, est devenu par la suite un élément  intégrant de la culture africaine. Cela a été possible grâce aux femmes commerçantes africaines, qui non seulement achetaient et vendaient les tissus, donnant aussi des conseils en matière de couleurs et de motifs, mais qui créaient également des noms pour les différents imprimés et racontaient des histoires sur leur signification.

 

Les femmes africaines achetaient ensuite les tissus pour les transformer en vêtements exprimant leur identité. Le marché pour les tissus imprimés Vlisco en Afrique est un exemple de personnalisation de masse et d’expression individuelle existant depuis plus d’un siècle. Ce n’est pas une mode rapide, mais durable et sur mesure à grande échelle.

 

Vlisco est installé depuis toujours à Helmond, aux Pays-Bas, où l’art de l’impression à la cire est transmise de génération en génération. L’équipe de créateurs est internationale et choisie pour le style personnel et varié de chacun. Les motifs imaginatifs viennent des créateurs eux-mêmes, mais l’interprétation et l’expression sont purement africaines.

 

Credits
Fashion Photographer: Atong Atem
Fashion Designers: Tolu Coker, Aisha Ayensu, Oritsegbubemi Ogisi, Rebecca Zoro, Abiola Adeniran-Olusola

 

 

[1]   Women, Peace and Security Index 2019/20 Report https://giwps.georgetown.edu/the-index

By continuing to use this site you consent to the use of our cookies on your device as described in our cookie policy unless you have disabled them.  Read more

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close